Belgique

3ème jour à Gand

Samedi 18 et dimanche 19 août 2018

Nous avons encore une belle journée devant nous et nous allons bien en profiter.

Nous avons décidé de nous diriger vers le Sud, partie que nous n’avons pas encore explorée ! Bien que moins riche en monument que le centre, nous avons repéré un musée qui nous intéresse : le STAM, musée de la ville. Nous nous y rendons à pied en suivant la Lys depuis notre hôtel. Le musée est situé dans l’ancien hôpital rattaché à une abbaye cistercienne. L’histoire de la cité de Gand, des vestiges archéologiques à nos jours, est contée de façon très ludique dans des salles extrêmement bien aménagée. La pièce maîtresse du STAM est la photo aérienne de Gand : 300m² sur lesquels on peut marcher et c’est en partie ce qui nous avait attiré dans ce musée… Nous sommes ressortis après plus d’une heure de visite, ravis de ce choix !

Nous avons ensuite emprunté un bateau « Hop on/Hop off » auquel nous avions droit avec notre carte (😁 !!!!) ce qui nous a permis de découvrir d’autres endroits depuis la rivière. Nous nous sommes arrêtés près de la cathédrale où nous avons fait une pause dans une des brasseries de la place.

Petite étude du guide et nous nous décidons pour rejoindre un quartier un peu plus éloigné. Le «petit béguinage Notre-Dame-aux-Foins» a attiré notre attention. Nous repérons la ligne de tram qui va bien, et nous voilà partis. Dommage, je n’ai pas écouté Pépère qui voulait descendre à un certain arrêt, et du coup, il nous a fallu revenir sur nos pas pour y accéder… Tant pis, je ne me suis même pas fait rouspéter !

Les béguinages flamands sont les témoignages vivants d’une tradition mystique et religieuse qui remonte au Moyen-Age. Ce sont de véritables villages dans la ville. Les béguines étaient des veuves ou des femmes célibataires qui, sans avoir fait de vœux monastiques, choisissaient de mener une vie religieuse indépendante.

Ce « petit béguinage », fort bien préservé, a été fondé en 1234 par Jeanne de Constantinople et est classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Il a perdu sa dernière béguine en 2008. Ce calme enclos n’a pas changé depuis le 17è siècle. Les petites maisons en brique, précédées de jardinets aux murs blanchis à la chaux, encadrent l’église Notre-Dame-aux-Foins et 2 pâturages. Les maisonnettes sont toujours habitées et je dois dire que si je devais résider à Gand, j’adorerais vivre là ! Cet endroit nous a complètement enchantés… Il y règne un calme incroyable.

Nous nous sommes forcés à quitter cet endroit magique et avons repris la route… ou plutôt les trottoirs ! On s’est dirigé vers l’Abbaye St Pierre, qui n’avait pas d’étoile sur notre guide et qui n’en méritait pas vraiment non plus !!!

Nous avons regagné, toujours à pied, notre hôtel en passant par le quartier des Arts, que j’appellerais plutôt le quartier des Universités.

Cette journée qui s’achève peut vous sembler moins intense que celle d’hier mais en fait, pas du tout car les endroits étaient beaucoup plus éloignés les uns des autres et plus long à visiter. Nous n’avons encore eu qu’une petite heure pour nous reposer avant d’aller dîner de délicieuses pâtes…

Dimanche, après une visite au marché aux fleurs qui se tient sur la place Kouter tous les dimanches et un dernier petit tour de quartier qui nous a permis de découvrir un bâtiment Art nouveau/Art déco, le Vooruit (construit dans la mouvance de la lutte ouvrière en 1913 afin d’offrir aux travailleurs un lieu d’activités culturelles, vocation qui perdure aujourd’hui), nous avons repris le chemin de la maison. Il faut toujours une fin n’est-ce pas, même aux bonnes choses !

Nous sommes enchantés par notre escapade que nous vous recommandons si vous en avez l’occasion. La température était excellente pour ce genre d’activité et nous étions bien heureux de ne pas être dans la fournaise parisienne !

Pour regarder le dernier diaporama sur Gand, c’est par ici.

PS : vous devriez normalement avoir bientôt de nos nouvelles, pour une toute autre destination, puisque nous partons pour la Norvège et ses fjords dès le 11 septembre prochain. Si l’internet marche bien sur le bateau (nous prenons l’Express côtier), je serai ravie de partager nos découvertes avec vous.

 

Catégories : Belgique | 8 Commentaires

Un nouveau jour à Gand…

Vendredi 17 aout 2018

Après une très bonne nuit à l’hôtel (l’Ibis Centre Opéra dont la literie est vraiment excellente) et un copieux petit-déjeuner, nous repartons pour une journée de balade.

Nous avions remarqué hier que le soleil serait beaucoup plus coopératif pour nous le matin et nous avions programmé une séance photos du côté de la rivière et des beaux monuments. Nous sautons donc dans le tram et arrivons au centre-ville quand tout à coup je me rends compte que j’avais oublié mon appareil photo !!! Quelle idiote… Nous avons donc repris le tram aussitôt en sens inverse (enfin, aussitôt, c’est vite dit car les trams ne sont pas du tout à l’heure à Gand…) et après avoir récupéré la boîte à images, nous avons finalement décidé de repartir à pied en passant par la place Kouter, « la place d’Armes ». Cette place située non loin de notre hôtel était un lieu de rencontre dès le Moyen Age. Aujourd’hui, autour de ce rectangle agrémenté d’un joli kiosque à musique, on peut admirer de belles maisons des 18/19è siècles ainsi que l’Opéra.

Nous avons continué jusqu’à la Cathédrale St Bavon que je ne trouve personnellement pas extraordinaire de l’extérieur, mais l’intérieur recèle quelques trésors. En premier lieu, la monumentale chaire aux statues de marbre réalisée par un certain Laurent Delvaux vers 1742 et puis cette œuvre exceptionnelle qu’est le polyptyque de L’Adoration de l’Agneau mystique, exécutée en 1432 par les frères Van Eyck sur des panneaux en chêne. Ce retable symbolise l’idéal chrétien au Moyen Age et pas moins de 248 personnages sont représentés. Je dois dire que nous sommes restés longtemps pour l’admirer. Blandine en a volé une photo (il faut payer pour aller le voir et les photos sont interdites !!!), qui n’est donc pas extraordinaire mais cela vous donnera une idée de la beauté de cette œuvre.

Le beffroi, construit aux 13è et 14è siècles, situé sur la même place que la cathédrale, domine la ville de ses 91m. Après le donjon du château hier, pourquoi pas le beffroi, d’autant que seules 55 marches sont à gravir, un ascenseur prenant le relais pour accéder au sommet… Ouf ! Du haut, la vue à 360 degrés est splendide. En contournant l’édifice, on peut voir la porte de l’ancienne maison du geôlier par laquelle on accédait à la prison. Un bas-relief baroque, le Mammelokker « l’homme qui tète » est symbolique de la charité chrétienne : Cimon, vieillard romain condamné à mourir de faim, est allaité par sa fille… ça, c’est la petite anecdote du jour !

Nous avons continué à flâner jusqu’à ce que l’on tombe, un peu par hasard, sur une ruelle que nous avions prévu de découvrir, dont les murs sont couverts de graffitis, il y en a même au sol ! De là à la place du marché du vendredi (c’est son nom), il n’y avait que quelques pas que nous avons allègrement franchis puisque nous avions un objectif important : aller boire une bière dans la plus vieille brasserie de Belgique (15è siècle) qui ne propose pas moins de 500 sortes de bières… une seule nous suffira, merci ! Le décor, très sympa, et la Gruut nous ont permis de passer un agréable moment de repos. La place du marché du vendredi portait parfaitement son nom puisque nous étions justement vendredi, jour du marché.

Nous avons ensuite traversé le quartier de Patershol, un des quartiers les plus anciens de la ville pour arriver au bord de la Lys où nous avons pris un bateau pour une jolie promenade… profiter au maximum de notre carte tout en se reposant agréablement ! Après plus d’une heure, nous avons débarqué juste à côté de la maison sur laquelle Nestor (le manneken pis gantois) Lena et Luna (les jumelles qui font pipi accroupies) peuvent être aperçus…

Nous étions tout à côté du château (finalement, on se retrouve toujours au centre-ville !), et des vendeurs ambulants de cuberdons ont attiré notre attention… 5€ le petit sachet, on achète ! Mais qu’est-ce donc qu’un cuberdon ? C’est la spécialité de Gand : bonbons de forme conique à la croûte craquante et au cœur coulant, gélatiné et très sucré. Originellement aromatisés à la framboise, ils existent aujourd’hui sous différents parfum, les nôtres étant à la violette. Pas mauvais du tout, mais point trop n’en faut, c’est vraiment très sucré !

Nous sommes repassés vers la cathédrale car nous avions vu sur notre guide qu’il y avait, quelque part autour, un monument dédié aux frères Eyck que nous avions envie de voir… De là, nous avons longé le bord du canal jusqu’à notre hôtel, fatigués mais heureux de notre journée bien remplie ! Une petite heure pour se détendre un peu et nous sommes partis pour la brasserie HA’ que nous avions choisie comme lieu où nous ferions notre repas d’anniversaire. Après la journée à crapahuter sans manger, on a vraiment apprécié notre repas ! Le restaurant est aménagé dans le bâtiment historique de la bourse de commerce, les salles sont immenses et l’on ne risque pas d’entendre la conversation des voisins… surtout dans la salle où nous étions !

Non contents d’avoir arpenté les rues toute la journée, nous avons voulu suivre le circuit de promenade nocturne proposé par la ville pour admirer les illuminations féériques… ce qui nous a ramenés au centre-ville ! Par contre, nous avons été bien déçus par ces illuminations que nous n’avons pas du tout trouvées féériques. Du coup, on a un peu abrégé le circuit et nous sommes rentrés, pas très tôt quand même, à l’hôtel pour une bonne nuit réparatrice.

Si vous n’êtes pas déjà trop fatigués par mon bavardage, vous pouvez voir les photos en cliquant ici.

Catégories : Belgique | 2 Commentaires

Un Week-end à Gand…

Voilà un petit moment que je n’ai pas écrit mais l’occasion est belle aujourd’hui car nous rentrons d’un très agréable long week-end passé à Gand, chez nos amis belges.

Nous avons choisi cette jolie ville (encore inconnue pour nous) afin de fêter dignement nos anniversaires, un peu en avance j’en conviens… mais Blandine ayant 5 jours de congés d’affilée et la météo étant bonne, nous avons préféré assurer !

Jeudi 16 aout 2018

Nous sommes arrivés en début d’après-midi, ce qui nous a permis de rentrer tout de suite dans le vif du sujet, après avoir pris possession de nos chambres. Notre hôtel était très bien situé, confort non négligeable pour des « vieux » comme nous !

Notre première « mission » était de nous rendre à l’Office du Tourisme pour y chercher notre « Gand City Card », bon plan pour s’offrir tous les transports et visites sans compter… et nous l’avons bien amortie. De l’hôtel, 10mn de marche suffisait pour nous y rendre et nous nous sommes rendu compte que c’était la distance qui nous séparait du centre historique… Cool ! Munis de ce précieux sésame, nous avons pu commencer les découvertes et puisque nous étions tout à côté du château des Comtes de Flandre et que la porte était ouverte, nous sommes rentrés ! Mais bien sûr, nous avions déjà commencé à mitrailler durant le trajet. C’est ainsi que vous pourrez admirer quelques endroits qui nous ont bien mis en appétit ! L’ancienne poste, le Beffroi, les bords de la Lys (Gand est au confluent de la Lys et de l’Escaut) avec ses maisons typiques flamandes, l’imposant bâtiment de la grande boucherie datant de 1404, qui était l’unique point de vente autorisé de la viande…

Le château des Comtes, Gravensteen, silhouette impressionnante au cœur de la ville a été construit en 1180 et entièrement restauré à la fin du 19è siècle. A l’intérieur, nous avons visité plusieurs salles dont la salle des tortures qui nous a laissées un peu nauséeuses Blandine et moi… donc, pas de photos ! Nous avons franchi les nombreuses marches (c’est pour ça que l’on a commencé par cette visite, étant encore « frais ») pour accéder en haut du donjon dont la vue sur la ville est superbe, récompense après l’effort !

Nous avons ensuite continué nos flâneries jusqu’à ce que la faim nous tenaille. Nous avons dîné dans un des multiples restaurants qui borde la « place du marché du vendredi ». Nous y avons dégusté une carbonade flamande arrosée d’une délicieuse « Tripel Karmeliet », bière que nous avons découverte et fort appréciée… peut-être la meilleure bière que j’ai bue !

Vous comprendrez qu’il était temps de rentrer à l’hôtel et, plus pour amortir notre carte que par pure fatigue, nous avons emprunté le tram qui nous a déposé juste devant la porte de l’hôtel.

Pour voir le diaporama de ce jour, c’est par ici.

Catégories : Belgique | 4 Commentaires

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.