Visite de l’enfer au paradis…

Jeudi 23 octobre 2014

Pas le temps de souffler, debout aux aurores pour se rendre à Kourou où se fait l’embarquement pour les Iles du Salut…

Quand, en 1763, Choiseul choisit Kourou pour établir une colonie d’européens, il n’imaginait sûrement pas la dureté du climat : des milliers de colons furent décimés par les fièvres ! Les survivants se réfugièrent sur les Iles du Diable, ainsi nommées à cause du danger qu’elles représentaient pour la navigation, situées à une quinzaine de km au large de Kourou. Après y avoir trouvé le salut, ils donnèrent ce nom au petit archipel. La plus grande fut baptisée Ile Royale en souvenir de Louis XV, la deuxième St Joseph, l’expédition ayant été placée sous son patronage et la troisième a conservé son nom d’origine, Ile du Diable.

DSC_0943

De 1852 à 1946, les îles furent le site d’un des bagnes les plus inhumains qui n’ait jamais été égalé… Aujourd’hui, vous le verrez sur les photos, ce sont des îles paradisiaques, très luxuriantes, ce qui n’était pas le cas au temps du bagne.

Nous avons embarqué sur un catamaran pour une traversée d’environ 1h30 qui s’est passée dans le calme, ce qui n’est pas toujours le cas car la mer peut être démontée à certaines périodes ! Nous avons débarqué sur l’Ile Royale qui abritait principalement les bâtiments administratifs du bagne, l’hôpital, l’Eglise et bien sûr, la plus belle maison, celle du commandant. Il y avait aussi quelques prisonniers de droit commun, dont Guillaume Seznec dont vous verrez la minuscule maison. Le cimetière des enfants est très émouvant à visiter, fort heureusement les singes sont venus nous distraire agréablement : les petits saïmiris (ou singes écureuils) et les capucins bruns (ou macaques noirs). Il est fort agréable de se promener bien que l’on ait toujours en tête le passé si dramatique des lieux. La mer était d’un bleu profond, c’est le seul endroit en Guyane où l’on peut la voir ainsi, partout ailleurs elle a une couleur plutôt marron !

DSC_1083

Nous avons repris le catamaran, il faut dire que c’est un peu sportif puisqu’à chaque fois, il faut passer par un zodiac avant de monter à bord, imaginez moi dans cet exercice périlleux s’il en est ! Heureusement, il y a toujours des mains qui se tendent pour aider à la manœuvre !!! Nous sommes cette fois accueillis avec un ti’punch pour nous mettre en appétit… Nous pique-niquons sur le bateau en faisant le tour de l’Ile du Diable d’où nous apercevons la maison où fut gardé Dreyfus.

DSC_1124

Nous reprenons ensuite le zodiac pour rejoindre l’Ile St Joseph… enfin, nous trois car Rachel, en grande sportive qu’elle est, s’est jetée à l’eau et a regagné l’Ile à la nage ! Là, on a été bluffé…

Nous avons pris le sentier construit, à l’origine, par les bagnards mais récemment refait, pour nous rendre sur les vestiges du bagne. Bonne grimpette au plein soleil, mais on commence à avoir l’habitude ! Rachel, qui connaît bien, est allée, pendant ce temps, sur la plage faire trempette…

Les « restes » du bagne sont impressionnants : partout plantes et racines étouffent ces cachots qui, un demi-siècle plus tard, nous parlent encore de la souffrance des hommes ! C’est sur cette île que l’on envoie les « durs » en punition. Isolement et obligation de silence sont quelques-uns des «privilèges » dont ils jouissent. Vous pourrez remarquer que des ouvertures munies de barreaux étaient pratiquées aux plafonds des cellules laissant les détenus sans intimité aucune (des passerelles existent encore pour les rondes des gardiens au-dessus de ces cellules) et sans toit pour les abriter… n’oublions pas qu’il n’y avait pas la végétation luxuriante d’aujourd’hui ! On imagine l’horreur d’être sous un soleil de plomb ou sous les pluies torrentielles !

DSC_1171

Après cette émouvante visite, nous avons rejoint Rachel pour une petite pose sur la jolie plage au sable grossier fait de débris de coquillages et avons terminé notre visite par le cimetière où furent enterrés les membres de l’administration pénitentiaire et leurs familles. Les bagnards, quant à eux, étaient jetés à l’eau !

DSC_1223

Le retour à Kourou s’est effectué sur une mer aussi calme que le matin. Nous avons passé une journée splendide et je pense qu’au vu des images, vous allez avoir envie de venir visiter la Guyane (n’est-ce pas Aurélie…).

DSC_1228

Comme d’habitude, Rachel a fait des merveilles et nous avons terminé cette journée déjà si riche autour d’un plat typiquement guyanais, que l’on ne mange qu’à Pâques mais qu’elle avait pris soin de conserver depuis en vue de notre séjour, le bouillon d’awara : un pur délice ! Constitué d’un grand nombre d’ingrédients liés par la pâte du fruit d’awara (une sorte de palmier aux épines acérées) longuement réduite au préalable dans une marmite, c’est un des mets dont la préparation prend le plus de temps : jusqu’à 36 heures ! Un proverbe dit : « Si tu manges du Bouillon d’Awara… En Guyane tu reviendras… ». Une légende raconte qu’une princesse était amoureuse d’un blanc. Sa famille ne voulant pas de ce dernier, elle proposa de faire un plat où elle mettrait toute la Guyane dedans et que s’il aimait, ils pourraient se marier. Sa famille accepta, le garçon aima le plat et la fille et le jeune homme se marièrent… Belle histoire n’est-ce pas ?

DSC_1233

Depuis, nous avons découvert encore d’autres belles choses dont je vous parlerai plus tard !

Pour voir les Iles du Salut, c’est par ici.

Publicités
Catégories : GUYANE | Étiquettes : | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Visite de l’enfer au paradis…

  1. Ah oui, c’est clair que plus je vous lis, plus je suis tentée… Et hop une destination de plus sur ma liste, une ! Bises 🙂
    Aurélie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.